La tour Eiffel commercialise son propre vin

0
22
Vin Tour Eiffel

Un viticulteur d’Île-de-France a choisi de produire son vin à la Tour Eiffel pour donner de la visibilité aux vignes de la région. Nommé Chai de la Tour Eiffel, 300 bouteilles au total seront mises en vente.

Un vin vieilli dans les hauteurs

Ce merlot est le premier vin vieilli dans le monument. Il est issu de raisins biologiques produits dans des vignes versaillaises (Yvelines). Pour permettre sa réalisation, des barriques ont été spécialement conçues pour pouvoir rentrer dans l’ascenseur de la tour afin d’être ensuite entreposées au premier étage, à 57 mètres de hauteur. La vinification et la macération du millésime, depuis septembre 2019, ont donc eu lieu dans le célèbre monument historique de Paris.

La cave est accessible aux visiteurs. L’occasion pour les touristes de se prévoir un week-end à Paris pour enrichir leur culture, mais aussi leur goût. Pour les moins fortunés, pas de panique, des prêts peuvent être trouvés à des prix avantageux sur des sites comme Moneybanker.

Promouvoir le vin d’Île-de-France

Le projet a commencé en 2019 suite à l’accord signé entre la Société d’Exploitation de la Tour Eiffel (SETE) qui gère le monument et Adrien Pélissié, fondateur du domaine « La Bouche du Roi ». L’idée de cette alliance inédite est venue en tête au viticulteur pour promouvoir les vins produits dans la région.

En s’associant à un symbole fort, le professionnel espère redonner ses lettres de noblesse à une région qui était à l’époque renommée pour ses vignes. Au XVIIIème siècle, elle était même la première province productrice de vin avec près de 42 000 hectares de vignes cultivés (soit plus qu’en Bourgogne aujourd’hui), précise Alain Poret, historien. Cet âge d’or s’est achevé au début du XIXe siècle suite à l’urbanisation : le développement du chemin de fer a amené avec lui la concurrence redoutable des vins du Sud.

Les bouteilles ne seront commercialisées que par des professionnels rigoureusement sélectionnées, au prix de 80 euros chacune et dans un coffret de prestige. Ce lancement pourrait être, pour la société qui gère la Tour Eiffel, le point de départ du développement d’une stratégie plus large de produits dérivés.

La reconnaissance de l’IGP

Cette bouteille vient aussi saluer les efforts de tous les viticulteurs de la région pour faire renaître la gloire des vignes parisiennes. Le syndicat des vignerons d’Île-de-France (SYVIF) a réussi à obtenir cette année la reconnaissance de l’indication géographique protégée (IGP) après 21 années de procédures.

Les vins ont réussi à répondre aux critères très strictes imposés par le cahier des charges de l’IGP concernant les zones de récoltes, les rendements, l’encépagement, les caractéristiques organoleptiques, etc. Prochaine étape : les viticulteurs entendent encore défendre leur dossier, mais au niveau européen cette fois.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici